« FAIRE DU ZELE _ Pourquoi pas »

"Vers la fin des années 90 un magazine francais me demanda de réaliser le portrait de Louise Bourgeois. L’écrivain journaliste, Gérard de Cortanze, en charge de l’interview, devait me retrouver devant chez elle à la 20ème rue, au sud ouest de Manahattan. Le journaliste n’était toujours pas arrivé quand Louise Bourgeois m’ouvrit la porte. Je me présentai, on échangea quelques mots entre anglais et francais. Très vite, elle me fit part, très franchement, de son manque d’interêt pour le portrait que j’étais venu réaliser, tout en m’invitant à déambuler dans sa maison et à photographier ce qui me plaisait. Son fils, Jean-Louis, présent ce jour là, me fit un petit tour des lieux, pendant qu’elle retourna à la conversation qu’elle entretenait avec des amis de passage. Son domicile était de toute évidence le berceau de sa création. J’étais fasciné par la liberté avec laquelle elle écrivait ses idées, des bouts de phrases et des numéros de télephone, à même les murs. Tout était mis en évidence, sans aucune retenue: des idées de sculptures et de peintures. Découvrir une partie de l’âme de l’artiste, ses pensées, ses doutes, ses pulsions, était très émouvant. Suite à mon insistance pour le portrait et grâce à l’intervention de Jean-Louis, Louise Bourgeois accepta de poser pour quelques minutes. Le moment clé est toujours celui on l’on se retrouve face à face avec son sujet. L’acte de photographier n’est jamais superficiel et sous-entend de tisser un lien de confiance et d’abandon entre les personnes devant et derrière la caméra.

Je retournai un mois plus tard, pour une autre visite chez Louise Bourgeois ainsi qu’à son atelier à Brooklyn en compagnie de Jerry son assistant, me permettant d’aller plus loin dans ce travail."

Designers

Projects